MENU

[AUDIO - VIDEO] 9e jour de grève à Air Austral - Toujours des blocages (actualisé à 19h44) :

LIVE - Pas de signature de fin de conflit


Posté par
À Air Austral, la perspective d'une signature du protocole de fin de conflit ce mardi soir 10 janvier 2017 s'éloigne. Selon les grévistes des engagements concernant, notamment, l'allègement de la charge de travail n'ont pas été actés dans le projet de protocole de fin de crise. Les délégués syndicaux et les grévistes ont quitté le piquet de grève. Le climat est à la colère et à l'incompréhension. La grève en est à on 9e jour.
À Air Austral, la perspective d'une signature du protocole de fin de conflit ce mardi soir 10 janvier 2017 s'éloigne. Selon les grévistes des engagements concernant, notamment, l'allègement de la charge de travail n'ont pas été actés dans le projet de protocole de fin de crise. Les délégués syndicaux et les grévistes ont quitté le piquet de grève. Le climat est à la colère et à l'incompréhension. La grève en est à on 9e jour.

19 heures 40 : "Après des annonces pouvant espérer une sortie de crise, la direction d’Air Austral s’emmêle les pinceaux et crée une confusion totale ne permettant pas une sortie de crise" accuse l'Unsa dans un communiqué. "Après l’envoi d’un projet de protocole de fin de conflit n’étant pas conforme aux échanges avec la délégation UNSA, la direction fait monter d’un cran l’exaspération des grévistes dans la transmission d’une annexe au protocole de fin de conflit totalement erroné et non mis à jour" dit encore le syndicat. Selon les syndicalistes"malgré les efforts tout au long de la journée des représentants de l’UNSA pour contribuer à l’élaboration des différents documents, la direction n’a pas été en capacité de proposer tous les documents nécessaires à une sortie de grève". L'Insa termine"après cet épisode,  ce que nous qualifions de non empressement de la direction s’assimilerait plutôt à de la fierté mal placée pour ne pas reconnaître une gestion de conflit désastreuse".

18 heures 30 - Air Austral précise dans un communiqué que "100% des passagers, comme cela a été le cas depuis le début du mouvement, seront transportés". A l’exception du vol UU975 Réunion Paris qui sera opéré aux horaires prévus en Boeing 747 de la compagnie Wamos, la compagnie aérienne confirme qu’elle maintient son programme de vols initial pour la journée du 11 janvier.

18 heures 24  Comme elle l'avait annoncé, la direction d'Air Austral publie un communiqué. "Selon les représentants de l’UNSA, qui pourtant après plusieurs heures de travail et de discussions semblaient avoir signifié leur accord hier soir, le protocole de sortie de crise est incomplet" écrit la direction. Elle ajoute qu'elle "n’apportera pas d’avantages de commentaires" et qu'elle "se donne la soirée pour apporter les précisions demandées par le syndicat". Ces précisions portent "sur la description détaillée des procédures de service à bord en fonction de la composition équipage et des différents types appareils". Toujours selon la direction "ces précisions sont à cette heure à la rédaction, les deux parties s’étant mises d’accord". La direction termine en indiquant qu'elle efera en sorte de rencontrer à l’occasion d’une ultime réunion, demain (mercredi - ndlr) dans la matinée, la délégation du syndicat UNSA".

17 heures 49 : la direction d'Air Austral est en réunion interne "afin de poursuivre le travail sur le protocole afin d'arriver au plus vite à une sortie de crise". Le point presse est finalement annulé. La direction devrait s'exprimer plus tard par voie de communiqué. Les derniers grévistes encore présents s'en vont en se donnant rendez-vous "demain matin devant la préfecture"

17 heures 36 : Marie-Noëlle Wolff, déléguée syndicale UNSA et Laurent Maunier, représentant syndical UNPNC, sont "désabusés". Ils quittent le piquet de grève.

17 heures 26 : la direction de la compagnie devrait tenir un point presse dans quelques instants

17 heures 12 : les deux salariés ne sont pas encore ressortis de leur réunion avec la direction, mais les délégués syndicaux décident de quitter les lieux. "Une signature du prootocole en l'état n'est pas possible" lâche Marie Noëlle Wolff (Unsa). Aucun nouoveau rendez-vouos  n'a encore été fixée pour de nouvelles négociations. Les grévistes n'excluent pas de se rendre à la préfecture mercredi matin. "Nous avons une longue soirée devant nous, peut-être que la direction nous enverra un protocole correspondant aux discussions que nous avons eu lundi soir" espère Marie-Noëlle Wolff. La déception se lit sur plusieurs visages

16 heures 55 : la perspective d'une signature du protocole de fin de conflit ce mardi soir s'éloigne même si les discussions se poursuivent entre les deux salariés et la direction. Les grévistes commencent à lever le camp, ils rangent les glacières, les tentes. La mine déconfites certains salariés quittent le piquet de grève, convaincus qu'aucune issue ne sera trouvée ce soir. Cela d'autant que selon les salariés la clause stipulant l'engagement par les deux parties d'abandonner toute poursuite ne figure pas dans le projet de protocole

16 heures 30 : deux grévistes entrent dans les locaux d'Air Austral pour éclaircir l'absence de notification de l'alègeemnt du travail dans l'annexe du protocole de sortie de crise. Les délégués syndicaux sont toujours devant le bâtiment, accrochés à leur téléphone, discutant avec les grévistes.

16 heures 28 : sur place l'enthousiasme de ce mardi matin a laissé la place à  la colère et l'incompréhension. Visblement cet ultime rebondissement déçoit beaucoup dans les rangs des grévistes et risque de retarder encore la fin du conflit.

16 heures 20 : prévue à 16 heures, la réunion de négociation entre direction et grévistes n'a pas encore repris. Au cours de discussions de lundi soir, les salariés ont obtenu un allègement de leur charge de travail. Par exemple, il avait été convenu qu'ils n'auraient plus à distribuer de "la main à la main" les trousses de toilettes aux passagers des vols long et moyens courriers et que ces dernières seraient déposées directement sur les sièges avant l'arrivée des voyageurs. Peu avant d'entrer en réunion ce mardi après-midi, les délégués syndicaux se sont aperçus que "cette avancée" ne figurait pas dans l'annexe du protocole de sortie de crise soumis à l'approbation salairiés. Les grévistes discutent pour déterminer une marche à suivre.

14 heures : Les points discutés dans la soirée de ce lundi sont actuellement débattus avec l'ensemble des grévistes. Si le protocole de fin de conflit se profilait lundi soir  entre les salariés et la direction, aujourd'hui, "rien n'est joué", selon la déléguée syndicale de l'UNSA, Marie-Noëlle Wolff. "Les deux parties signataires doivent être d'accord sur tous les points de ce protocole. Nous voulons la validation de la base avant de revenir vers la direction" explique t-elle.

"On a du faire des concessions... Nous ne sommes pas certains que la balance soit bien équilibrée" a t-elle ajouté. En effet, après le début de l'Assemblée générale des grévistes, plusieurs points semblent bloqués, ne permettant pas une sortie de conflit. "Ils nous ont proposé des choses hier, tout le monde était plus ou moins d’accord. Aujourd’hui ils changent d’avis. Ils rentrent dans certains détails, comme l'immatriculation des avions ou le type d'avion etc. Non, ce doit être pour tous les avions et toutes les rotations" déplore un gréviste.

L'Assemblée générale suit son cours. A la lecture du protocole présenté ludi soir, quelques détails semblent avoir été modifiés cette nuit. Par exemple, "dans la procédure de fin de conflit il n’y a pas marqué en toutes lettres qu’ils ne feront aucune représaille vis-à-vis des grévistes.

C’est inadmissible" note un salarié. Parmi les autres points bloquants figurent celui des personnels naviguants commerciaux (PNC) basés à Pierrefonds. L’activité étant nettement en dessous de celle enregistrée à Roland Garros, le salaire, malgré le minimum garanti, est inférieur de près de la moitié de celui d’un PNC à Saint-Denis. La direction se serait accordé six mois de plus pour trouver une solution, décision qui ne convient pas aux grévistes.

Fin de matinée : Une délégation a rencontré la direction. Plusieurs points restent sans issue. Une nouvelle rencontre est prévue à 16H00.

 

Dans un communiqué, la direction espère la fin prochaine du conflit. "Après une très longue réunion et plusieurs heures de discussions et de travail, la direction générale et les représentants de l’UNSA sont parvenus à drafter un accord, et ce dans le respect du principe de compensation posé dès le départ par Monsieur Malé. Un projet de protocole de sortie de crise a été remis à la déléguée de l'UNSA, qui a souhaité avant toute signature, consulter sa base au préalable. Une Assemblée Générale organisée par le syndicat doit se tenir ce matin même. Cette réunion devrait décider de la fin du conflit, nous l'espérons vivement" a t-elle écrit. 

Pour l'heure, les négociations sont au point mort.

ch/jm/mb/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Mc, Posté
Toutes leurs revendications vont dans le sens d'une baisse des services à bord au détriment des passagers!Quand Air Austral va couler, ce n'est pas moi qui fais pleurer sur leur sort.Tout le temps c'est pareil on casse son outil de travail et après on va pointer au chômage.Je suis dégoûtée:la prochaine fois je prends Air Mauritius!