MENU

Ça s'est passé un 9 mars :

1968 : crash du Douglas DC-6, plus grande catastrophe aérienne de La Réunion


Posté par
Le 9 mars 1968, le crash du Douglas DC-6 militaire qui décollait de Gillot a causé la mort de 19 passagers dont le chef d'état-major des armées, le général Charles Ailleret. Une seule personne est sortie vivante de cette catastrophe qui reste encore aujourd'hui inexplicable.
Le 9 mars 1968, le crash du Douglas DC-6 militaire qui décollait de Gillot a causé la mort de 19 passagers dont le chef d'état-major des armées, le général Charles Ailleret. Une seule personne est sortie vivante de cette catastrophe qui reste encore aujourd'hui inexplicable.

Célèbre pour avoir rédigé l’ordre du jour n°11 du 19 mars 1962, décrétant le cessez-le feu en Algérie, le général Ailleret revenait d’une inspection des troupes françaises à Madagascar lorsque le drame arrive. Se posant à l’aéroport de Gillot à Sainte-Marie, l’avion du GLAM est rejoint par un autre vol d’Air France qui amenait Michel Debré, venu inaugurer l’usine de Takamaka le même jour.

L’avion ne reste que quelques heures à La Réunion car un cyclone arrive et le commandant Pradier veut l’éviter à tout prix. Décollant à 23h15, sous la pluie, la procédure de départ est simple. En effet, il suffit d’appuyer à gauche, vers l’océan dès qu’on quitte le sol mais c’est à droite que le commandant tourne. Malgré les appels de la tour de contrôle, il persiste et la catastrophe devient inéluctable.

A peine une minute après le décollage, le DC6 s’écrase sur la propriété privée de Georges Barau au lieu Beaufond. Charles Ailleret périt alors avec son état- major, les treize membres de l’équipage ainsi que sa femme et sa fille. Seule, l’infirmière du général survit miraculeusement à ce drame.

Vu les circonstances suspectes de ce crash, les rumeurs les plus folles sont immédiatement envisagées mais le mystère planera toujours avec le secret défense qui entoure toute l’enquête. En effet, la "cause indéterminée" demeure la thèse officielle de ce tragique accident.

cl/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

ANONYME, Posté
Je rectifie : L'avion s'est écrasé dans les hauts de la commune Sainte-Marie sur la propriété privée de Monsieur Georges Barau au lieu "Beaufond" et non sur "Flancourt" au lieu de Flacourt toujours sur Sainte-Marie. Quartier qui se trouve de l'autre côté de Beaufond, une rivière les sépare, qui s'appelle la rivière Charpentier (C'est corrigé grâce à vous cher Anonyme, merci beaucoup - webmaster ipreunion.com)