MENU

Ça s'est passé un 10 mars :

1876 : Graham Bell et son assistant ont la première conversation téléphonique de l'histoire


Posté par
Alexandre Graham Bell ne le sait pas pas encore mais il vient de changer le monde lorsqu'il réussit, le 10 mars 1876, à Boston, avec l'aide de son assistant Thomas Watson, le premier appel téléphonique de l'histoire. Situé dans une pièce voisine, le disciple de l'inventeur canadien entend son professeur lui dire : "Mr Watson, come here. I want you. " ("Monsieur Watson, venez ici. J'ai besoin de vous"), entrant ainsi ces simples mots dans la postérité.
Alexandre Graham Bell ne le sait pas pas encore mais il vient de changer le monde lorsqu'il réussit, le 10 mars 1876, à Boston, avec l'aide de son assistant Thomas Watson, le premier appel téléphonique de l'histoire. Situé dans une pièce voisine, le disciple de l'inventeur canadien entend son professeur lui dire : "Mr Watson, come here. I want you. " ("Monsieur Watson, venez ici. J'ai besoin de vous"), entrant ainsi ces simples mots dans la postérité.

Comme toutes les grandes inventions, le hasard a un rôle à jouer. En effet, alors qu’il était en train de mettre au point un système de télégraphie harmonique, Graham Bell découvre qu’un fil électrique est capable de restituer le son correspondant à la vibration d’un ressort d’acier placé à l’extrémité de ce fil. Partant de cette découverte, c’est ainsi que l’ingénieur d’origine écossaise construit avec son assistant un premier prototype de téléphone.

A l’époque, l’idée d’un moyen de communication rapide était dans l’air et c’est assez logiquement que cette invention fasse des envieux ou réagir des personnes lésées... En effet, quelques heures après son brevet accordé, Elisha Gray dépose un dossier de notification d’opposition qui précéde plusieurs procès, se soldant tous par un jugement en sa défaveur.

C’est la même situation pour l’Italien Antonio Meucci qui intente Bell en procès jusqu’à sa mort, en 1889. Cependant, à sa décharge, Basilio Catania, (ancien directeur général de l’agence de recherche et de développement des télécoms italiennes) découvre, un siècle plus tard, ses travaux remettant ainsi pour la première fois en question la paternité de Bell sur l’invention du téléphone.

Quoi qu’il en soit, le nom d’Alexander Graham Bell sera à jamais lier à celui du téléphone, un objet qui n’est pas prêt de disparaître.

cl/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !