MENU

Tribune libre du collectif Touch Pa Nout Roche :

"Carrière de Bois Blanc ! Si elle se fait, l'histoire retiendra le nom de ceux qui ont permis ce massacre"


Posté par
Depuis deux ans, le Collectif Touch Pa Nout Roche enquête, dénonce, agit pour informer la population et s'oppose en toute connaissance de cause au projet d'une méga carrière de roches massives à ciel ouvert sur le site de Ravine du Trou en mettant en lumière ses impacts sur la santé des Réunionnais et sur l'Environnement.
Depuis deux ans, le Collectif Touch Pa Nout Roche enquête, dénonce, agit pour informer la population et s'oppose en toute connaissance de cause au projet d'une méga carrière de roches massives à ciel ouvert sur le site de Ravine du Trou en mettant en lumière ses impacts sur la santé des Réunionnais et sur l'Environnement.

Sensibles à notre démarche, de nombreux Réunionnais ont toujours répondu présents à nos différents appels en se mobilisant massivement pour dire NON à ce projet destructeur porté par la SCPR, lors d’une première chaîne humaine le 11 juin 2015, puis à travers une forte contribution de plus de 1400 personnes venues écrire leur opposition au projet de carrière de la SCPR dans les registres de la première enquête publique.

La première Commission d’Enquête a fini par rendre un avis négatif au projet de carrière. Un an plus tard, 5 000 Réunionnais, à nouveau main dans la main sont venus dire NON, une fois encore, lors d’une seconde chaîne humaine et plus de 1 700 personnes ont inscrits leur avis négatif dans les registres de la deuxième enquête publique. Déterminée à faire passer son projet par la force, la SCPR soutenue par la Préfecture s’est vue octroyée par la seconde Commission d’Enquête, un timide avis favorable assorti de nombreuses réserves et recommandations avant toute autorisation de mise en œuvre de ce projet.

Autrement dit, comme le prévoit la réglementation en vigueur, avant que le Préfet ne puisse prendre une décision, la SCPR se devait de lever toutes ces réserves et recommandations en faisant pratiquer toutes les démarches et recherches complémentaires pour prouver la faisabilité, la pertinence, l’innocuité et la nécessité réelle d’un tel projet dans l’environnement actuel.

Mais voilà, la SCPR a toujours manifesté sa détermination à ne pas respecter les contraintes et les obligations. On peut le comprendre d’autant que la première de ces réserves émises par le Commissaire enquêteur : " A aucun moment la SCPR n’a pu justifier la présence de roches massives sur Ravine du Trou " préconisait de nouveaux carottages permettant d’évaluer le volume et la qualité de la roche nécessaire au chantier de la NRL, avant autorisation.

Après un premier report de la Commission départementale des paysages et des sites (CDNPS), celle-ci est de nouveau convoquée dans la précipitation, à quelques semaines du premier tour des élections présidentielles, pour donner un avis sur le projet d’arrêté préfectoral autorisant l’ouverture d’une carrière de roches massives à Bois Blanc. Qu’en est-il de la levée des réserves et recommandations obligatoires de la part de la SCPR qui se serait engagée à faire le nécessaire ? Nous ne sommes en aucun cas informés, les Réunionnais sont laissés sans nouvelle depuis la fin de la deuxième enquête publique.

Le passage en force semble aujourd’hui manifeste. La population a dit à plusieurs reprises, NON. Il a été démontré que les roches sur le site de Bois Blanc n’étaient pas conformes aux besoins du chantier de la NRL. Les carrières de l’Est avec l’apport des andains,  sont en mesure de répondre à la totalité des besoins. Quelles que soient nos convictions, nous sommes tous désireux de nous déplacer en toute sécurité sur la route du Littoral.

Si la CDNPS et la préfecture donnent une autorisation à la SCPR pour la réalisation de cette méga carrière qui ne respecte pas les intérêts réunionnais, il est évident que dans l’esprit de la population cette décision fera jurisprudence. En effet, désormais tout le monde pourra construire sa maison en " s’engageant " à faire, plus tard, une éventuelle  demande de permis.

Le Collectif Touch Pa Nout Roche a toujours dénoncé le véritable objectif du groupe Bouygues, propriétaire de la SCPR,  celui de rechercher, avec l’ouverture de la carrière de Bois Blanc, le monopole du marché des matériaux de construction à La Réunion.

Cette stratégie des Multinationales à bâtir des situations de monopoles, a toujours appauvri les populations. On pensait notre île préservée de ce phénomène financier, aujourd’hui on découvre que ces mêmes entreprises sont déterminées à faire à La Réunion ce qu’ils font malheureusement en Afrique ou à Madagascar.

Voltaire écrivait dans son ouvrage Les Bâtards : " Rien ne fait plus peur aux détenteurs de l'autorité que la critique. Qu'ils soient démocrates ou dictateurs, ils sont incapables de reconnaître que c'est précisément l 'outil de plus à même de permettre à une société, quelle qu'elle soit, d'éviter les erreurs "

Messieurs, mesdames, membres de la Commission Départementale des Paysages et des Sites, sachez que nous ne manquerons pas d’inscrire vos noms dans l’histoire de ceux qui ont contribué à détruire notre île si votre Avis va à l’encontre de la préservation de notre territoire, de notre Environnement et de notre Qualité de vie. Vous aurez  à rendre des comptes à nos enfants et à notre futur !


Le Collectif Touch Pa Nout Roche
Bois Blanc

   

3 Commentaire(s)

Kirikipett, depuis son mobile, Posté
Tout le monde veut des bagnoles, des routes, des ponts, des avions, des aeroports. Oui mais....chez les voisins. Pas chez moi.
Histoire rachi-rebattue. Dieu merci, il y a parfois des décideurs courageux qui savent faire passer l'intérêt général au-dessus des petits égoïsmes particuliers.
Denis, Posté
Partout dans le monde il y a des carrières et des nécessités de construction! Il y a juste ici où une bande d uluberlus exotiques se croient en droit de bloquer le développement de l'île par leur préoccupation de ménagères! Mesdames et messieurs si préoccupés par le sujet écologique et le bien être de la terre mère, êtes vous aussi engagés à défendre l'agriculteur local qui lutte contre les firmes internationales pour ne pas produire du transgénique ou utiliser leur pesticide et polluer par la même occasion les nappes phréatiques? êtes vous aussi engagés à défendre la forêt d'amazonie rasées pour favoriser l'agriculture d'huile de palm? Arrêtez l hypocrisie, il y a des faits plus grands plus graves plus nuisibles sur lesquels vous faites l'autruche par complaisance! La carrière fait partie d'une suite logique, sans compter que les sociétés d'exploitation sont soumises à des obligations légales!
Pierrequiroule, Posté
didier robert et le prefet se sont assis sur la volonté du peuple vont ils s'essuyer les pieds sur la justice?
nous attendons les élections avec impatience........