MENU

Villa du Département :

Artisanat d'art : senteurs, bijoux et produits locaux veulent conquérir Paris


Posté par
Une trentaine d'artisans locaux étaient réunis à la Villa du Département à Saint-Denis ce jeudi 9 février 2017. La raison : la venue d'Emilia Djorjevic, responsable de la boutique du Conseil Départemental de l'antenne de Paris située dans une rue commerçante de la capitale. Au cours de cette visite, des produits artisanaux seront retenus pour être vendus dans cette boutique, une aubaine pour les artisans d'art de La Réunion.
Une trentaine d'artisans locaux étaient réunis à la Villa du Département à Saint-Denis ce jeudi 9 février 2017. La raison : la venue d'Emilia Djorjevic, responsable de la boutique du Conseil Départemental de l'antenne de Paris située dans une rue commerçante de la capitale. Au cours de cette visite, des produits artisanaux seront retenus pour être vendus dans cette boutique, une aubaine pour les artisans d'art de La Réunion.

Bijoux, poteries, cuir végétal ou senteurs, les artisans d'art ont profité de la venue de la responsable de l'antenne parisienne de la boutique départementale pour dévoiler tous leurs atouts. La plupart, présents dans le magasin de l'aéroport Roland Garros, aimeraient voir leurs produits dans les vitrines de la boutique rue Renard, dans le 4e arrondissement de Paris.

"C'est un peu comme si on avait un morceau de nous dans le monde", illustre Sonia Murat, espérant taper dans l'oeil d'Emilia. Celle qui conçoit elle-même ses céramiques, partage le procédé de fabrication de ces sucriers, magnets et autres bijoux émaillés, qu'elle s'applique à créer du côté de l'Etang-Salé.

Le but de cette rencontre est d'également mettre en valeur l'artisanat d'art de La Réunion, une demande de la clientèle parisienne et réunionnaise vivant en métropole. La présence des artisans locaux à Paris peut être un levier pour ces derniers, comme l'explique Marie-Claire Mussard, élue déléguée aux métiers d'art, au sein de la chambre des métiers et de l'artisanat.

Bien qu'en visite informelle, Emilia Djorjevic a longuement observé les objets fabriqués par les artisans réunionnais, dont certains exerçant depuis longtemps. Emmanuel Tamaya a une spécificité : il taille des bijoux dans la pierre de lave et les lie à des métaux précieux. Ses "pétites" pourraient bel et bien rester dans les petits papiers de la responsable parisienne, tandis que le bijoutier se dit satisfait de sa présence à Gillot.

La boutique parisienne pourrait devenir la nouvelle vitrine de l'artisanat d'art réunionnais, pour l'heure très prisé au niveau local lors des salons et autres manifestations mettant "en lèr" le fait-main, le "made in Réunion".

jm/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !