MENU

Suite à l'échec des négociations annuelles obligatoires :

Saint-Benoît : cinquième jour de grève pour les salariés de la clinique de la paix


Posté par
Depuis ce lundi 12 décembre 2016, les salariés de la clinique de la paix à Saint-Benoît sont en grève. Le mouvement fait suite à la remise en cause de la part de la direction de l'indemnisation des jours fériés. Nous publions ci-dessous le communiqué des grévistes dans son intégralité.
Depuis ce lundi 12 décembre 2016, les salariés de la clinique de la paix à Saint-Benoît sont en grève. Le mouvement fait suite à la remise en cause de la part de la direction de l'indemnisation des jours fériés. Nous publions ci-dessous le communiqué des grévistes dans son intégralité.

Suite à l'échec de nos Négociations Annuelles Obligatoires, nous avons décidé de nous mettre en grève depuis le lundi 12 décembre et de reconduire notre mouvement jusqu'à ce jour.

La direction de notre établissement a décidé de remettre en cause l'indemnisation de nos jours fériés, bafouant en cela les dispositions de la Convention Collective Nationale de l'Hospitalisation Privée dont nous dépendons.

Notre direction refuse notre revendication d’augmentation de salaires qui plafonnent à un peu plus du Smic après dix, vingt ou trente ans d'années de travail. Nous réclamons une augmentation de salaire mensuelle de 250 euros.

Face à nos revendications tout à fait justifiées, notre directeur nous a déclaré qu'il n'avait pas les moyens financiers de lâcher quoi que ce soit. Il nous annonce cependant qu'il a l'intention d'ouvrir prochainement un service "Hôpital de jour" au sein de la clinique doté de tout un plateau technique.

On se demande dès lors où il a bien pu trouver le financement nécessaire à ce nouvel investissement ?

La Clinique de la Paix fait partie d'un groupe, Clinifutur, qui ne cesse d'ouvrir de nouveaux établissements, ici même à la Réunion, en France métropolitaine, mais aussi à Mayotte et même en Afrique (au Tchad) !

Nos patrons savent trouver l'argent quand cela les intéresse, mais pas pour les salaires, pour mettre à notre disposition les effectifs nécessaires pour assurer avec les moyens nécessaires l'accueil et les soins auxquels ont droit les malades porteurs de pathologies lourdes dont nous avons la charge.

Nous sommes déterminés à faire valoir nos droits. Soutenez-nous en venant nous voir sur le piquet de grève que nous tenons devant l'entrée de la Clinique (située au bout du parking du GHER, sur votre droite)

Nou larg pa, nou tien bo

Les salariés grévistes de la clinique

   

2 Commentaire(s)

Natigilou, Posté
moi je trouve que les gréviste de la clinique de paix a nien raison de faire valoir leur dû avec le travail difficile que les personnelles font pour un salaire de misère et la pression de la hiérarchie. il faut savoir dire stop.
Un militant de la CGTR, Posté
Ce mardi 20 décembre : 9ème jour de grève ! Les grévistes tiennent toujours bon. Ils sont partis hier distribuer des tracts d'information à leurs collègues de la clinique Sainte Clotilde (qui font partie du même groupe Clinifutur) et sont aussi mal payés qu'eux. Message reçu 5 sur 5 !
Le directeur de la clinique de la Paix était aussi présent, pas pour distribuer des tracts, mais pour raconter des salades sur le dos des grévistes qui gagneraient selon lui des 3000 euros ! Affirmant aussi que ces travailleurs avaient vu leurs salaires augmentés de 20% en quatre ans, ou encore que les grévistes n’avaient pas choisi la bonne voie en faisant grève. Ce à quoi ces derniers ont rétorqué que si avec 20 % de hausse de salaire la majorité du personnel touchait entre 1200 et 1300 euros, avant cela les salariés devaient être en situation d’esclavage !
Il s'est bien gardé par contre de produire sa propre fiche de paie.
La grève a été reconduite pour demain mercredi 22 décembre.
Lo bann grévis y tien bo, y larg pa !