MENU

Tribune libre de Wilfrid Bertile :

Réflexions d'avant scrutin


Posté par
L'élection de Trump aux Etats-Unis, le Brexit, la montée de l'extrême droite, dont celle du FN en France, sont le résultat du système néolibéral productiviste et financiarisé qui sévit sur la Planète aggravé chez nous par la façon dont se construit l'Europe.
L'élection de Trump aux Etats-Unis, le Brexit, la montée de l'extrême droite, dont celle du FN en France, sont le résultat du système néolibéral productiviste et financiarisé qui sévit sur la Planète aggravé chez nous par la façon dont se construit l'Europe.

Ce système met tout le monde en concurrence avec tout le monde, favorisant le moins-disant social et fiscal, générant délocalisation des entreprises et évasion des capitaux. Il enrichit le petit nombre des riches, creuse les inégalités, étend la précarité. Bénéficiant de la complicité des gouvernants, il prône la dérégulation, le moins d’Etat, donc  le " moins de services publics " cette richesse de ceux qui n’ont rien. Ce système " insoutenable " est rejeté par les peuples. Une majorité de Français (70%) considère cette mondialisation-là comme une menace et a condamné (à 55%) la façon dont l’Europe s’est construite lors du referendum de 2005.

C’est à l’aune d’une autre mondialisation et d’une autre façon de construire l’Europe que doivent être appréciés les programmes des candidats aux Présidentielles. Chacun à leur manière, Mélenchon et, surtout, Marine Le Pen " récupèrent " les laissés-pour-compte du système. L’échec prévisible de celui-ci et le temps jouent pour eux. Ce qu’ils feront de leur succès est une autre histoire. Le programme économique et social " thatchérien " de François Fillon est directement dicté par les marchés financiers : il est incompatible avec le " modèle social " français.

Emmanuel Macron veut concilier " les réformes structurelles " néolibérales et la demande de protection de leurs victimes, sans remettre en cause  le système. Benoît Hamon est le seul à esquisser une voie nouvelle. En promouvant la " social-écologie ", il prend acte que le modèle actuel de croissance met en péril la survie de l’homme sur la planète, en  empoisonnant les terres et les eaux, en transformant la mer en poubelle, en réchauffant le climat, en provoquant la montée du niveau de la mer, en épuisant les ressources naturelles : en 2016, dès le mois d’août, l’Humanité avait consommé les ressources que la Planète peut produire en un an et mangé son capital le reste de l’année.

Il faut donc un autre modèle de croissance, moins productiviste, mettre en œuvre la transition écologique et énergétique, développer l’économie circulaire… Benoît Hamon prend aussi acte que le chômage et la précarité continuent d’augmenter sur la Terre comme en France et prône le partage du travail et le revenu universel… La zone euro étant dominée par l’Allemagne, la France est la seule des premières puissances mondiales à ne pas maitriser sa politique monétaire.

C’est pourquoi il veut un parlement de la zone euro pour aller vers la   solidarité financière ainsi que  l’harmonisation sociale et fiscale entre les pays…
   " Puissance moyenne à vocation universaliste ", la France doit porter une nouvelle vision de la mondialisation  et de la construction européenne : un vrai débat de Présidentielles, loin des " affaires Fillon " et du " faire barrage à Marine Le Pen ". 

Wilfrid Bertile

   

2 Commentaire(s)

Bayoune, Posté
mi panss ke zote i devré publiyé lé komantèr dé lektèr. Sinon i vo pa la pinn domandé " vous en pensez quoi? (Bonzour Bayoiune, nou publi toute lo bann komantèr sof sat i jure domoun ou sinonsa sat i koz en rasis - Nou artrouv pli loin - webmaster ipreunion.com)
Sissi974, Posté
Je m'adresse à tous ceux qui liront cette tribune et surtout aux politiques locales.
Mesdames, Messieurs, à l'heure où on doit se positionner pour élire notre nouveau gouvernement, en réalité, certains soutiennent encore ceux qui vont rendre les dominants plus riches et les dominés plus pauvres, il y a aussi ceux qui attendent du renouveau avec un partage des richesses et du travail pour tous, mais c'est une utopie, et puis, il y a ceux qui laisseront les autres décidés à leur place car ils ne peuvent croire qu'un gouvernement puisse rééquilibrer la vie de tout un peuple, car c'est toujours les mêmes politiques ou parties qui s'expriment, défendent leur point de vue, via leurs avantages, avec des promesses, non profitables pour tous. Il y aura toujours des gagnants et des perdants, c'est la dualité qui existe en tout. Dans l'histoire, depuis la colonisation, à chaque suffrage, chacun pense être un citoyen libre.

Alors où sont ceux ou celles qui oseront prédire l'équilibre avec le bien-vivre pour tout un peuple dans le respect des libertés. Car il existe plein d'actions qui mèneront à cet état, mais pour cela, il faudrait l'éveil des consciences en politique, avec une évolution de notre civilisation dans le bon sens …