MENU

Présidentielle-2017 :

Fillon veut faire voter des "quotas" d'accueil d'étrangers


Posté par
François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a plaidé mercredi pour un quota annuel d'accueil des étrangers sur le sol français voté par le Parlement.
François Fillon, candidat de la droite à la présidentielle, a plaidé mercredi pour un quota annuel d'accueil des étrangers sur le sol français voté par le Parlement.

"Je veux que la France décide chaque année du nombre de personnes qu'elle est en mesure d'accueillir en fonction de ses capacités économiques", a déclaré François Fillon à l'antenne de BFM TV-RMC. M. Fillon devait se rendre dans la journée à la frontière franco-italienne pour développer ses propositions en matière d'immigration, avant un meeting dans la soirée à Nice.

"Je propose de mettre en place le système que le Canada a mis en place (...) qui permet au Parlement, dans un débat démocratique transparent, de fixer chaque année des quotas", a expliqué l'ancien Premier ministre. Affirmant qu'il y avait un "débat" sur la nécessité de réformer la Constitution pour instaurer cette mesure, M. Fillon a assuré qu'il "prendrait (ses) responsabilités". "S'il faut le faire on le fera", a-t-il promis. "Le nombre de visas qui ont été accordés en France depuis cinq ans n'a cessé d'augmenter, dans un pays qui a près de 6 millions de personnes qui sont inscrites à Pole emploi, qui a près de 9 millions de pauvres", a expliqué le candidat des Républicains pour justifier sa mesure, évoquant également "des perspectives d'augmentation des flux migratoires importants en raison de la situation en Afrique (et) de la situation au Proche-Orient".

M. Fillon a également déclaré qu'il souhaitait un délai de huit ans de résidence en France avant d'obtenir la nationalité française. Enfin il a rappelé ses propositions de modification du droit du sol et le refus de nationalité aux étrangers ayant fait l'objet d'une condamnation. "Je remets en cause l'automaticité de la délivrance de la nationalité française aux jeunes qui sont nés sur le sol français, je demande qu'il y ait une démarche volontaire de leur part", a-t-il expliqué. "Les personnes (étrangères) qui ont été condamnées n'ont pas vocation à obtenir la nationalité française", a-t-il enfin affirmé.

Par Nick Perry - © 2017 AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !