MENU

l'intersyndicale a manifesté devant le rectorat :

Enseignants remplaçants - Pas de changement de statut avant 2018, indique un syndicaliste


Posté par
Les enseignants remplaçants continuent de s'insurger contre le changement de statut des remplaçants, changement voulu par la ministre de l'Education nationale, Najat-Vallaud Belkacem. Ce jeudi 9 mars 2017, les membres de l'intersyndicale - SAIPER-SE-UNSA, SAIPER, CFTC Education, SNUipp, Snudi FO, SNE, Sgen CFDT- se sont de nouveau rassemblés devant les locaux du rectorat. À l'issue du rassemblement et d'une rencontre informelle avec des représentants du rectorat, un syndicaliste a annoncé que le rectorat "n'a pas l'intention d'appliquer la mesure avant 2018"
Les enseignants remplaçants continuent de s'insurger contre le changement de statut des remplaçants, changement voulu par la ministre de l'Education nationale, Najat-Vallaud Belkacem. Ce jeudi 9 mars 2017, les membres de l'intersyndicale - SAIPER-SE-UNSA, SAIPER, CFTC Education, SNUipp, Snudi FO, SNE, Sgen CFDT- se sont de nouveau rassemblés devant les locaux du rectorat. À l'issue du rassemblement et d'une rencontre informelle avec des représentants du rectorat, un syndicaliste a annoncé que le rectorat "n'a pas l'intention d'appliquer la mesure avant 2018"

Luc Boyer, représentant du personnel (UNSA), indique que des syndicalistes "ont pu entrer à l'intérieur" du rectorat. Ces derniers ont tenté de rencontrer le recteur et y ont fait "un peu de bruit".

À l'issue d'un entretien informel entre syndicalistes et représentants du rectorat, Stéphane Checkouri, secrétaire du SAIPER a précisé "nous pensions que le rectorat restait sur ses positions alors qu'il n'a pas l'intention d'appliquer la mesure avant 2018". Selon le représentant syndical "un malentendu" serait à l'origine des différentes actions, dont trois manifestations, menées depuis un mois.

Un groupe de travail devait "discuter de cette problématique" dès vendredi,  mais se tiendra finalement à la rentrée prochaine.

Pour rappel, à la demande de la ministre de l'éducation Najat-Vallaud Belkacem, chaque académie doit fusionner, à la rentrée prochaine, les deux statuts d'enseignants remplaçants existants en un seul et unique, soit en brigade, dont les professeurs sont amenés à se déplacer sur tout un département. Contrairement à ce profil mobile, choisi par les enseignants remplaçants eux-mêmes, les "ZIL" exercent dans une localité limitée. Les enseignants concernés par ce changement dénoncent un mépris de leur choix de carrière, puisque devenir agent de brigade modifierait même leur "plan de vie".

mp/jm/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Ramaga, Posté
Au boulot ban gratter ki