MENU

Saint-Denis :

"Le Tambour des Larmes" de Beyrouk, Prix du roman métis des lycéens 2016


Posté par
Au terme de leur délibération à huis-clos ce matin à l'ancien Hôtel de ville de Saint-Denis, seize lycéens réunionnais annonçaient à la presse le lauréat du Prix du Roman Métis des Lycéens 2016. Après Mohamed Mbougar Sarr (lauréat 2015), Guillaume Staelens (2014), Cécile Ladjali (2013), Carole Zalberg (2012) et Delphine Coulin (2011), les lycéens réunionnais et malgaches récompensent cette année Beyrouk pour son roman Le tambour des larmes paru chez Elyzad.
Au terme de leur délibération à huis-clos ce matin à l'ancien Hôtel de ville de Saint-Denis, seize lycéens réunionnais annonçaient à la presse le lauréat du Prix du Roman Métis des Lycéens 2016. Après Mohamed Mbougar Sarr (lauréat 2015), Guillaume Staelens (2014), Cécile Ladjali (2013), Carole Zalberg (2012) et Delphine Coulin (2011), les lycéens réunionnais et malgaches récompensent cette année Beyrouk pour son roman Le tambour des larmes paru chez Elyzad.

Les lycéens se sont déclarés touchés par la thématique de la condition féminine et des inégalités de genres abordée dans ce roman, épopée du désert contemporaine où se télescopent modernité et traditions ancestrales, Etat et codes tribaux, oppression et désir de liberté des jeunes filles, tam-tam et téléphones portables.

Le tambour des larmes relate avec poésie le périple rebelle de la belle Rayhana, jeune femme issue de la tribue des Oulad Mahmoud dans le Sahara mauritanien, contrainte par sa famille d’abandonner son enfant et préférant la fuite au mariage forcé. Emportant dans sa fuite le tambour sacré de la tribu, Rayhana scelle son destin à la rage des hommes.

Fondateur du premier journal indépendant de Mauritanie en 1988, Mbarek ould Beyrouk s’est longtemps battu pour la liberté de la presse d’opinion. Il est aujourd’hui membre de l’instance de régulation des médias mauritaniens. Le tambour des larmes est son deuxième roman et a obtenu le prix Kourouma 2016.

Beyrouk viendra rencontrer les lycéens réunionnais et malgaches en avril 2017.

Pour cette sixième édition, 303 élèves de 10 lycées réunionnais et 30 élèves de 4 lycées malgaches participaient au Prix du Roman Métis des Lycéens. Seuls 8 lycées réunionnais participaient ce matin à la délibération, deux d’entre eux s’étant désistés. Chaque lycée réunionnais a désigné deux représentants. Les lycéens malgaches ont envoyé leur vote, comptant pour deux voix, sous enveloppe cachetée.

Les lycéens ont eu à choisir parmi 4 romans sélectionnés par le jury du Grand Prix du Roman Métis de la Ville de Saint-Denis: Blick Bassy, Le Moabi cinéma (Gallimard), Alain Mabanckou, Petit piment (Seuil), Johary Ravaloson, Vol à vif (Dodo vole éditions), Beyrouk, Le tambour des larmes (Elyzad).

Créé en 2011, le Prix du Roman Métis des Lycéens mobilise depuis cinq ans des jeunes et des équipes pédagogiques de toute l’île autour d’une littérature contemporaine, ouverte sur le monde et porteuse de valeurs d’humanisme, de métissage et de diversité.

Depuis 2015, des lycéens malgaches ont rejoint le jury lycéen, à l’initiative de l’Institut Français de Madagascar.

Initié par la Ville de Saint-Denis, la Réunion des livres, l’académie de La Réunion et la DAC-OI, en partenariat avec le Rotary club Saint-Denis Bourbon, la Sofia et l’Institut Français de Madagascar, ce prix s’inscrit dans un parcours d’éducation artistique et culturelle proposé aux lycéens de seconde et première.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !