MENU

6e journée de conflit dans le Bâtiment (actualisé à 14h40) :

LIVE - BTP : Le patronat boude le rendez-vous à la direction du travail, les barrages sont levés et reprendront demain


Posté par
Le dialogue est rompu entre salariés et patronat ce mercredi 13 avril 2016, et la perspective d'une résolution du conflit dans le BTP s'éloigne. L'intersyndicale s'est rendue à la direction du travail à 14h30, mais le patronat n'a pas fait le déplacement, estimant que l'offre faite hier à la préfecture (1% d'augmentation au 1er avril) était à prendre ou à laisser. Hier déjà, six heures de négociations entre le patronat et les syndicats n'avaient pas permis de déboucher sur un accord. Résultats, les barrages filtrants sur les ronds-points ont repris très tôt ce mercredi matin.
Les dockers ont annoncé que le port ne fonctionnerait pas aujourd'hui en soutien à "la lutte légitime des travailleurs du BTP". Une opération escargot pourrait même être organisée vendredi 15 avril, par la CGTR Auto Moto.
Pour rappel, mardi soir en milieu de nuit à la préfecture le patronat a proposé une augmentation de 1% au 1er avril, l'intersyndicale a demandé 2,90%.
Le dialogue est rompu entre salariés et patronat ce mercredi 13 avril 2016, et la perspective d'une résolution du conflit dans le BTP s'éloigne. L'intersyndicale s'est rendue à la direction du travail à 14h30, mais le patronat n'a pas fait le déplacement, estimant que l'offre faite hier à la préfecture (1% d'augmentation au 1er avril) était à prendre ou à laisser. Hier déjà, six heures de négociations entre le patronat et les syndicats n'avaient pas permis de déboucher sur un accord. Résultats, les barrages filtrants sur les ronds-points ont repris très tôt ce mercredi matin.
Les dockers ont annoncé que le port ne fonctionnerait pas aujourd'hui en soutien à "la lutte légitime des travailleurs du BTP". Une opération escargot pourrait même être organisée vendredi 15 avril, par la CGTR Auto Moto.
Pour rappel, mardi soir en milieu de nuit à la préfecture le patronat a proposé une augmentation de 1% au 1er avril, l'intersyndicale a demandé 2,90%.

16h : Les manifestants lèvent les barrages progressivement et les grévistes se donnent d'ores et déjà rendez-vous demain matin à 6h, pour une nouvelle journée d'actions . L'intersyndicale se réunit actuellement pour décider de la suite à donner au mouvement.

La journée de blocage a été mouvementée aujourd'hui. Plusieurs altercations sont à déplorer sur les barrages, où grévistes et automobilistes ont parfois perdu leur sang froid. Au barrage du rond-point de la Zac 2000, un 4x4 a ainsi forcé le passage, blessant un manifestant à la hanche. Les grévistes ont déclaré qu'ils avaient relevé la plaque d'immatriculation pour porter plainte.

14h45 : "La FRBTP reste sur sa position. Elle avait indiqué hier, à la fin de la médiation en préfecture, qu'elle ne souhaitait pas revenir à la table pour négocier mais pour signer un accord", explique le syndicat patronal. Après avoir proposé une augmentation de 1%, Bernard Siriex avait en effet annoncé qu'il viendrait "pour signer, point barre", estimant que cette offre serait la dernière, à prendre ou à laisser.

14h30 : Le patronat ne s'est pas rendu au rendez-vous fixé à la direction du travail ce mercredi 13 avril à 14h30.  "Nous n'avons pas l'habitude de jouer la politique de la chaise vide mais l'absence du patronat ce jour ne m'étonne pas, elle est dans le droit fil de son attitude depuis le début", estime Jacky Balmine, qui lui, s'est rendu à la DIECCTE avec d'autres représentants de l'intersyndicale. "Nous allons continuer le mouvement que nous avons engagé", conclut-il.

14h: Des grévistes se sont rendus sur un chantier à Sainte-Marie,  à Beauséjour, pour faire cesser le travail. Une altercation aurait eu lieu selon des témoignages sur Freedom.

12h30 : La Chambre de métiers et de l'artisanat fait part de son inquiétude dans un communiqué. "Sans interférer dans le dialogue social qui relève de la responsabilité des parties en conflit et des pouvoirs publics, la Chambre des métiers et de l'artisanat s'inquiète de cette situation et demande à ceux qui en ont la responsabilité de tout mettre en oeuvre pour une solution rapide de ce conflit."

11h : Une opération escargot a perturbé la circulation sur la route du littoral, selon des témoignages sur Freedom.  Des grévistes du BTP ont également ralenti la circulation en direction de Saint-Pierre sur la 4 voies.

10h30: Au niveau du rond-point de la Zac 2000, le barrage filtrant est plus bloquant qu'hier: les manifestants laissent passer 3 à 4 voitures toutes les 5 minutes. Paradoxalement, les embouteillages sont moins importants. Les automobilistes semblent avoir pris leur disposition.

9h: Jacky Balmine a pris la parole devant les dockers réunis en assemblée générale . "C'est vrai que le patronat est parti de 0% et qu'il est arrivé à 1%, il faudra qu'il monte un peu plus. Il ne faut pas se décourager, je préfère mourir debout que vivre à genoux", a-t-il clamé. Un nouveau rendez-vous est proposé à la DIECCTE, cet après-midi à 14h30. Mais l'intersyndicale devait encore se concerter avant de décider si elle se rendrait à se rendez-vous, car  "ce n'est pas pour négocier, c'est pour signer"a expliqué Jacky Balmine. Hier, au sortir de la médiation organisée à la préfecture, Bernard Siriex avait déclaré que la seule fois où il retournerait à la table des négociations, "ça serait pour signer, point barre."

8h30: La CGTR Ports et Docks annonce que le port ne fonctionnera pas aujourd'hui en soutien à "la lutte légitime des travailleurs du BTP". Danio Ricquebourg a fait référence au mouvement "Nuit Debout", estimant que le port s'apprêtait à faire une "Journée debout". "Le port ne sera pas fermé mais il ne va pas fonctionner", a-t-il ajouté. Pour l'instant, les dockers parlent d'une seule journée de mobilisation, sans exclure la possibilité de poursuivre le mouvement.

Les soutiens aux salariés du BTP commencent à affluer. Ainsi, Jacques Bhugon, représentant de la CGTR Auto Moto a d'ores et déjà annoncé que si le mouvement se poursuit, une opération escargot serait à prévoir ce vendredi 15 avril. Elle partirait du Barachois, à Saint-Denis, jusqu'au siège de la GTOI, au Port.

6h32 : Sur la RN1 l’accès à la centrale thermique depuis le giratoire du Capitaine le Bourg à la Possession est fermé jusqu’à nouvel ordre, indique la direction régonale des routes

6h30 : Les grévistes commencent à arriver devant le sièe de la GTOI dans la zone industrielle du port est. Ils vont se réunir en assemblée générale avant de se diriger à pied vers l'enceinte portuaire pour assister à l'assemble générale de la CGTR Ports et docks qui n'a pas exclu de rejoindre le mouvement en signe de solidarité

6h15 : Sur le rond-point de Cambaie et sur l'échangeur de Sainte-Thérèse. Seuls les véhicules légers sont autorisés à passer. Les camions et les poids-lourds, sont interdits de passage

6h : Les premiers barrages filtarns sont installés au rond-point de Cambaie (Saint-Paul) et à l'échangeur de Sainte-Thérèse.

Pour rappel : à 23h10 ce mardi L'intersyndicale et la FRBTP quittent la préfecture sans signer d'accord, la grève continue. Près de six heures de négociations n'auront pas permis aux deux parties de trouver un terrain d'entente. Bernard Siriex, président de la FRBTP se dit "déçu" que l'intersyndicale n'ait pas accepté sa proposition d'augmenter les salaires de 1% au 1er avril, et estime que les syndicats pourront être tenus comme seuls responsables des perturbations à venir. "Avec le mutuelle, nous sommes à une augmentation de 2,07%, nous avons fait tout ce que nous pouvions', souffle-t-il. Jacky Balmine, représentant de l'intersyndicale, a estimé que le patronat avait une nouvelle fois posé un ultimatum, en "exigeant qu'un accord soit signé maintenant", alors que l'intersyndicale souhaite consulter sa base, car la proposition du patronat "même si elle constitue une avancée" reste éloignée de leurs revendications.

   

4 Commentaire(s)

Mangouste, Posté
Que le patronat ne lâche rien, mare des syndicats qui prennent la population en otage, alors que nous n'avons rien à voir dans leurs négociations.
Tous les chefs, les grands waya-waya qui passent à la télé ces syndicats sont payés et bien payés pendant cette grève alors que les employés vont perdre de l'argent ce mois-ci
Pensent-ils seulement aux entreprises donc aux salariés qui ne peuvent pas travailler et dont certaines vont mettre la clé sous la porte. Ils s'en foute complètement.
Que la préfecture forcent les barrages et boucles ses petits c... qui nous emmer...
Quidam974, Posté
Je suis excédé par tous ces gens qui, parce qu'ils ont un pouvoir de nuisance, pensent qu'ils peuvent prendre notre île en otage. Ces gens là font violence en nous bloquant et en pourrissant nos vies, alors que nous sommes totalement étrangers à leurs problèmes. Devrons-nous utiliser aussi la violence pour qu'ils comprennent à quel point on en a marre de tout ça ?
Pro No Stick, Posté
Siriex n'est plus le patron de Holcim, il l'a dit à la TV...qu'il remette sa démission de la FRBTP puisqu'il n'a pas d'entreprise dans le BTP..et qu'un mec sérieux soit nommé !
Panama papers, Posté
Un patron verse 9 millions d'euros à ses salariés. Exemple à suivre par ces patrons du BTP .

http://www.lefigaro.fr/societes/2016/03/23/20005-20160323ARTFIG00003-le-patron-d-un-groupe-d-assurance-va-verser-9-millions-d-euros-a-ses-salaries.php