MENU

Revenu de solidarité active - L'Etat va augmenter sa dotation au Département :

6,6 millions d'euros pour financer le RSA


Posté par
L'Etat va verser 6,6 millions d'euros au Conseil départemental pour luin permettre de financer le Revenu de solidarité active (RSA), annonce Ericka Bareigts, minsitre des Utre-mer ce mercredi 21 décembre 2016. Cette somme sera tirée du fonds exceptionnel pour l'aide aux départements en difficulté de financement du RSA. Le montant obtenu par La Réunion "est supérieur de 36% à celui initialement provisionné" se réjouit la ministre dans un communiqué. 3,5 millions d'euros seront par ailleurs alloués à l'île en "appui aux politiques d'insertion"
L'Etat va verser 6,6 millions d'euros au Conseil départemental pour luin permettre de financer le Revenu de solidarité active (RSA), annonce Ericka Bareigts, minsitre des Utre-mer ce mercredi 21 décembre 2016. Cette somme sera tirée du fonds exceptionnel pour l'aide aux départements en difficulté de financement du RSA. Le montant obtenu par La Réunion "est supérieur de 36% à celui initialement provisionné" se réjouit la ministre dans un communiqué. 3,5 millions d'euros seront par ailleurs alloués à l'île en "appui aux politiques d'insertion"

"La Réunion est le département français qui compte le plus de bénéficiaires du RSA, en proportion du nombre d’habitants" rappelle la ministre qui dit s'être mobilisée "pour renforcer les moyens permettant de mener des actions d’insertion pour les Réunionnaises et les Réunionnais".

Le gouvernement a donc déposé un amendement au projet de loi de finances rectificative pour 2016. Il a été adopté par à l’Assemblée nationale ce mardi. Le Conseil départemental - qui verse le RSA aux bénéficiaires -, va ainsi recevoir 6,6 millions d’euros.  "Ce montant est supérieur de 36% à celui initialement provisionné. Cette progression est d'autant plus notable que le nombre de collectivités bénéficiaires de ce fonds a plus que quadruplé par rapport à l'année dernière" commente Ericka Bareigts.

Un nouveau fonds dédié à l’appui aux politiques d’insertion a par ailluers été créé. "Après des échanges interministériels, le montant minimum de ce fonds alloué à La Réunion sera de l’ordre de 3,5 millions d’euros" indique la ministre. "Avec la mobilisation de ces deux fonds, c’est donc une dotation de 10,1 millions d’euros, au minimum, qui financera des actions d’insertion au bénéfice de La Réunion" termine-t-elle.

l’annonce du montant "ridiculement bas" prévu pour La Réunion au titre du fonds de soutien aux départements en difficulté a provoqué un "choc" à Nassimah Dindar, présidente du conseil départemental de La Réunion. Elle a interpellé tous les députés de La Réunion sur le sujet.

Pour rappel, la présidente du Département Nassimah Dindar, avait protesté le 8 décembre dernier après découvert "avec stupéfaction" les propositions du gouvernement pour la répartition de ce fonds de soutien exceptionnel mis en place en 2015 pour soutenir les collectivités départementale ayant le plus de difficultés pour payer les bénéficiaires des allocations individuelles de solidarité (AIS).

Le montant du fonds a quadruplé entre 2015 et 2016, passant de 50 à 200 millions d’euros, mais "la création d’une part spécifique pour l’Outre-mer et les critères d’attribution réduiraient la dotation attribuée au Département de La Réunion de 6,7 millions à 4,99 millions d’euros" s'était insurgée Nassimah Dindar

En tenant compte de ces montants, avait-elle souligné, la dotation par habitant de La Réunion serait de 5,86 euros c'est à dire  14 fois inférieure à celle de la Guyane (19 millions d’euros pour 240 000 habitants, soit 80,27 euros habitant) et 23 fois inférieure à celle de Saint-Martin (35 000 habitants, soit 137,62 euros par habitant).

www.ipreunion.com
 

   

1 Commentaire(s)

Didier, Posté
Vous devriez vous intéresser aux motifs qui ont poussé les salariées de la clinique de la Paix à se mettre en grève contre le diktat de leur directeur, émissaire du groupe Clinifutur.
Leur lutte intéresse au plus haut point des dizaines de milliers de travailleurs réunionnais exploités jusqu'à la moelle par les suceurs de sang capitalistes.
Clinifutur (supprimé, pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) ses dirigeants, face à ces femmes travailleuses payées à peine au-dessus du Smic, affichent un mépris sans borne.
Ce qu'il y a de nouveau. C'est que ces esclaves du capital relèvent la tête.
C'est un sujet d'actualité. Un sujet qui touche même le fond du fonctionnement de notre société de classes.
Classe opprimée contre classe exploiteuse. on n'a pas fini d'en entendre parler !