MENU

Centre hospitalier universitaire - Grogne contre le plan social :

CHU - L'intersyndicale appelle à la grève illimitée


Posté par
Constitués en intersyndicale la CFDT, la CFTC, FO, Sud Santé et l'Unsa appellent à la grève illimitée au Centre hospitalier un universitaire (CHU) à compter du mardi 28 février 2017. Les syndicats protestent contre "les suppressions de postes, le plan social" et pour "le respect des engagements pris lors de la création du CHU en 2012" (Photo d'illustration)
Constitués en intersyndicale la CFDT, la CFTC, FO, Sud Santé et l'Unsa appellent à la grève illimitée au Centre hospitalier un universitaire (CHU) à compter du mardi 28 février 2017. Les syndicats protestent contre "les suppressions de postes, le plan social" et pour "le respect des engagements pris lors de la création du CHU en 2012" (Photo d'illustration)

Ce préavis de grève arrive alors que le CHU est mis en cause pour une gestion financière en chute libre, seloun un rapport de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales). L'ARS a promis la mise en place d'un plan d'action pour "permettre un retour à l'équilibre d'ici 2021". Son directeur, François Maury, a évoqué des inévitables "réorientations radicales", par le biais d'une déclaration préparée. Il a ensuite refusé toute question de la presse. Mais les conclusions de l'Igas sont sans appel : en l'espace de 4 ans, de 2012 à 2016, le déficit du centre hospitalier n'a cessé de s'agrandir. 250 postes risquent d'être supprimés.

A noter que des conditions de travail difficiles sont également pointées du doigt par les syndicats, notamment la CFDT, à travers notamment un rapport effectué sur le secteur sud. Il aurait donné lieu à "des réponses éloquentes" comme l'évocation d'idées suicidaires par le personnnel. Ce "sujet un peu tabou" pousse Expédit Lock-Fat, secrétaire général CFDT Santé Sociaux,  à s'indigner face à un tel "système de management" qui agirait sur la pression. "Ca trinque dans les services et la souffrance au travail est amplifiée" déplore le syndicat qui pointe du doigt une absence de dialogue social.

mb/www.ipreunion.com

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !